La gestion des ordures après les fêtes

On ne sort pas de là, année après année, on constate une forte augmentation des ordures, non seulement dans la capitale mais un peu partout sur le territoire national. Il y a les innombrables ordures ménagères, reliefs de nos gargantuesques repas de fêtes, il y a aussi les emballages par millions qu’on jette allègrement (qui conserverait des emballages, franchement?), puis les multiples décorations et équipements électriques avec lesquels nos maisons ont été illuminés pendant une bonne dizaine de jours etc. Bref, des ordures, il y en a, et tellement.

Des ordures en forte augmentation

Avez-vous songé un seul instant comment se passe la gestion de tout cet amoncellement de déchets ? Vous pouvez imaginer sans peine tout le travail que représente la gestion de ces ordures, et aujourd’hui, c’est encore plus difficile que les années précédentes. Bien sûr, il y a les centres de tri et les filières de valorisation, toujours plus nombreux, et il y a aussi un certain nombre d’acteurs qui achètent du matériel adapté dans le but de mieux gérer ces déchets.

Le problème des centres de tri

Les centres de tri font correctement leur travail et se montrent de plus en plus rigoureux afin que l’exportation de tout ce gisement se déroule au mieux. Et depuis longtemps, les pays asiatiques reçoivent ces déchets pour les transformer en matière première utilisable autrement. Cependant, un grave problème enraye ce grand rouage : il y a des exportateurs qui ne sont pas d’une grande honnêteté et parfois, les tris ne sont pas effectués convenablement. Du coup, certains pays asiatiques refusent ces déchets, en particulier le carton, la ferraille, voire le papier. Tout cela pour dire que le marché au niveau mondial est en très mauvaise posture, ce qui n’aide pas la France dans sa gestion de déchets.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *